Nous ne prenons plus le temps pour apprendre. Les époques ont changé, l’école d’autrefois a eu «son» temps.

Prendre le temps d’apprendre

Mettre en pratique, agir et bouger avec nos adultes de demain. Organiser autrement le temps de classe en se mettant de l’autre côté du miroir ; celui de l’élève qui apprend parce que ça l’intéresse et non celui du maître qui « fait apprendre » parce qu’il veut transmettre son savoir.  Difficile pour les élèves de rester assis en faisant du « surplace » durant des heures successives qui s’étirent et les éloignent de leur présence. Irrésistible envie de basculer les chaises pour aller quelques minutes prendre l’air à l’extérieur. Les enfants « s’éveillent » en agissant parce que ça leur donne un sens. Les moments spécifiques d’apprentissage ne sont plus précis dans le temps ; ils s’étalent sur la journée. Les disciplines se confondent et c’est l’art de l’enseignant de les resituer dans le temps et l’espace afin de retenir les notions essentielles qui ressortent au travers du vécu. Trouver un meilleur équilibre pour se sentir bien dans sa tête et dans son corps. Et surtout, susciter l’envie d’apprendre et développer la créativité de chacun. Tout devient matière à partir du moment où on s’interroge. Il est nécessaire de replacer une activité dans son contexte.  Rendre les enfants « débrouillards » nous fait gagner du temps. Proposons des activés qui motivent et développent les capacités à agir et à s’enthousiasmer. La matière est partout, elle nous entoure, soyons curieux de tout!

Lire l’article en entier : http://www.cahiers-pedagogiques.com/Questionner-ses-pratiques-pour-les-mettre-en-chantier